Porteur de paroles – Gilets jaunes Paris acte XVI

IMG_20190302_164859

Samedi 3 mars 2019 pour l’acte XVI des Gilets jaunes à Paris je suis retourné avec ma pancarte interroger les gens sur les raisons intimes de leur engagement. Sur la pancarte, cette simple question : « Pourquoi es-tu Gilet jaune ? »

Afin de permettre à toutes et tous de se faire sa propre opinion à partir d’informations non manipulées pour la propagande du pouvoir, j’ai utilisé la méthode du porteur de parole pour vous faire parvenir ces témoignages issus de 12 entretiens.

Sans le jargon de la bourgeoisie, loin du vocabulaire des puissants et de leurs serviteurs pour se reconnaître entre eux, s’exprime la sagesse populaire. Militants, tous ensemble, prenons en de la graine !

 

Irena, 25 ans

« C’est pas uniquement à cause des fins de mois difficiles, ça va plus loin que ça, c’est un refus du système mondialisé. Les journalistes ont essayé de stigmatiser les gilets jaunes pour les faire passer pour des incultes. J’ai rencontré des tas de gens qui avaient des bagages, des psychologues, des réalisateurs, ce ne sont pas que des ouvriers ou des gens dans la galère mais ils se mobilisent quand même, parce qu’ils voient plus loin que leur petite personne, que leurs propres intérêts. Au 10 ou au 15 du mois, j’ai épuisé mes ressources, c’est un cercle vicieux puisque tu démarres le mois suivant avec pas grand chose. Moins on a plus on paye, surtout aux banques. Pourquoi encore je suis Gilet jaune ? Ma mère a été expulsée il y a un an et demi, j’ai du lui trouver un studio sinon elle serait à la rue et donc je lui paye un loyer chaque mois. Le logement pour moi c’est la base. »

Laurence, 54 ans

« Pour moi, Laurence, personne lamba, ce n’est ni un mouvement, ni un rassemblement mais une convergence : d’idées, de besoins, de désirs. Comment faire en sorte que la misère s’arrête ? Les parisiens croisent tellement de gens qui sont à la rue que ça ne les émeut plus. Le gouvernement a fait le show avec les maraudes, c’est tellement idiot. Il y a des vraies maraudes, il y a des bénévoles qui font ça gratuitement. Le gouvernement ferait mieux de les soutenir plutôt que de baisser leurs subventions. Il faut revenir à l’essentiel sans être naïf, il faut que les richesses soient redistribuées et que le gouvernement français gouverne la France, et que ce ne soit pas un petit groupe à l’Union Européenne qui fait la pluie et le beau temps. En 2005 on a massivement dit non au référendum sur la constitution européenne et pourtant aujourd’hui on y est bien dans l’UE ! On va avoir les élections, combien va-t-il y avoir de votants ? J’ai 54 ans, j’ai toujours voté et je crois que je vais brûler ma carte. Le vote blanc est maintenant comptabilisé, et qu’est ce qu’il se passerait si une majorité n’allait pas voter ? Les Gilets jaunes sont soutenus à 76%, t’imagines ? »

Stéphanie, 36 ans

« Moi je soutiens tout le monde depuis le début, pour que ça marche on doit être tous ensemble. C’est un mouvement légitime, c’est dommage que le gouvernement ne s’en rende pas compte. Ma voiture je ne m’en sert pas beaucoup mais quand je fais un plein à 100 euros ça fait mal au cul. Mon mari bouge tous les jours, t’imagines ? J’ai dit à une de nos voisines que je venais et elle m’a répondu qu’elle ne pouvait pas, mais elle m’a renvoyé un SMS dans la foulée en disant de manière très énervée : « ils ont augmenté les clopes ! » J’ai pas l’habitude des manifs, quand j’entends des gros BOUM ça me fait peur, mais je suis là quand même. Je ne viens pas pour être éborgnée mais pour la bonne ambiance. Je suis là pour m’ajouter au nombre, tout le monde ne peut pas être là tous les samedis mais je pense qu’il faut être là. »

Mohamed, 34 ans

« Pour l’essence le problème c’est qu’il y a toujours plus de taxes que le coût du produit brut, comme avec les clopes. Les PV, les radars, c’est pareil : c’est la bonne excuse pour faire baisser la mortalité, mais on a du mal à croire que c’est uniquement pour préserver la vie des gens. Tous les impôts c’est surtaxé, et comme on ne peut pas vérifier l’info, on ne démêlera jamais le vrai du faux, et ça pendant des lustres. A propos de leurs excuses, de leurs raisons, qui sont de moins en moins crédibles, désormais tout es discutable. C’est comme le « grand débat », est ce que c’est surfacturé ? Déjà on se dit qu’ils sélectionnent avec qui ils discutent. Le président discute avec ses représentants mais ce n’est pas le peuple, du coup c’est un grand débat entre eux. C’est super ! Ça fait 3 mois qu’on manifeste, les prix (essence, clopes, nourriture) ont été gelés mais maintenant on recule et tout augmente. Je ne vois pas ce que le grand débat va améliorer, va apporter ou changer. »

Glaudios, 84 ans

« Pour l’avenir des jeunes ! J’ai une retraite de 550 euros. Je veux qu’elle augmente et que les taxes baissent. Je viens de Lons-le-Saunier ça coûte 170 euros aller-retour et malgré les 1000 km et mon âge je suis là. Plus ça va plus ça augmente la vie. Je veux qu’Emmanuel Macron s’en aille et que tous les français soient avec nous car on se bat pour tout le monde. Macron est responsable de tous les morts et les mutilés. Comment se fait-il que sur les ronds points il y ait eu 11 morts et que personne n’ait été en prison ? Pourtant c’était volontaire !? »

Arthur, 15 ans

« Je pense qu’Emmanuel Macron est une marionnette de l’oligarchie. Je suis contre toutes les taxes et tous les impôts. Je pense que pour sortir de la dette il faut abolir la loi de 1973 Giscard-Pompidou (qui lie la création monétaire aux banques), c’est un peu pour moi les Macron de l’époque. Je viens de Normandie et depuis le 17 novembre je viens à Paris. Je préférais quand les manifs n’étaient pas déclarées et qu’on restait sur les Champs Élysées. »

Isabelle, 36 ans (dont c’était l’anniversaire « avec la famille Gilets jaunes » )

« Je suis Gilet jaune pour mon fils, pour la retraite de ma mère, pour le pouvoir d’achat en général. Je gagne 1050 euros et je travaille à la caisse des écoles de la mairie du 17e arrondissement de Paris, et je suis contractuelle. Mon collègue à côté est fonctionnaire et gagne 1700 euros. Je vis dans un 23m² avec mon mec et mon fils, pour 700e de loyer. Derrière je fais 9h d’un deuxième travail par semaine pour avoir 500 euros de plus. Mon fils va fêter ses 19 ans en avril, j’ai aménagé une studette pour lui et nous on vit dans la chambre. Là il vient de partir, il a un boulot risqué mais il fait ce qu’il aime, et je suis contente pour lui et fière. Il revient chaque week-end et pour les vacances. Il m’a vu trimer donc avant il a regardé le salaire pour choisir le boulot. »

Joe, 55 ans

« Je suis là pour les autres. Je suis satisfait de ma situation, mis j’ai bataillé pendant 25 ans. J’ai progressé dans les échelons et j’ai eu de la chance ! Je suis fonctionnaire territorial et j’ai attendu 25 ans avant d’être titularisé. A la ville de Paris c’est précaire, il y a des agents qui travaillent à temps partiel et qui gagnent 500 à 600 euros par mois. Je voudrais que les gens soient mensualisés, c’est à dire avec un salaire digne et fixe. Les syndicats ont du mal à avancer et d’ailleurs pour moi c’est fini les syndicats. Malheureusement les gens reçoivent de l’avancement non pas du fait de leur valeur mais à la tête du client. On pense que les fonctionnaires gagnent bien mais ils sont en partie payés en primes, ce qui ne compte pas dans la retraite. »

Mélanie, 42 ans

« Parce que je suis payée au SMIC et que j’élève seule mes 4 enfants. Parce que j’ai grandi une grande partie de ma vie en banlieue et que maintenant je suis provinciale et que là où je suis il n’y a plus de services publics : 50 km pour l’hôpital, 30 km pour la CAF et la Sécu. Il y a 3 écoles en fermeture dans 10km de rayon, dont celle de mon village. Les enfants prennent le bus à 7h30 pour se rendre à l’école, y compris les maternelles, et rentrent à 17h passées. Parce que mon père est à la retraite, il a fait ses 42 ans et encore 3 ans de plus pour avoir une retraite plus confortable, et le petit surplus qu’il a gagné on lui prend maintenant en CSG. Il a prit sa retraite à 68 ans et je pense qu’il la mérite… Parce que je roule en diesel, par exemple à 1 euros 50 le litre il faut mettre 10 euros en essence pour aller à l’hôpital et c’est une honte. »

Mervyn, 35 ans

« Ma femme et moi sommes fonctionnaires hospitalier et on voit la misère la bas. Elle en EPHAD, moi en psychiatrie. Les gens qui ont des problèmes psychologiques si on ferme des lits, après ils sont à la rue et c’est dangereux ! Tes vieux, quand ils vont rentrer en EPHAD, c’est le dernier jour où ils verront les soleil, on a même plus le temps de les faire sortir. C’est injuste que les riches ne payent pas la même chose que en proportion. Si les caisses sont vides c’est que les riches ne payent pas assez. Ce serait normal qu’on paye la même chose en proportion. Si on nationalisait les banques et les assurances, tout le monde aurait plus d’argent, on ferait des économies avec une seule structure plutôt qu’avec une multitude. Au niveau géopolitique je trouverai ça mieux qu’on fasse un référendum pour entrer en guerre plutôt que de s’engager avec nos impôts. Il y a des gens qui disent qu’ils ne veulent pas de migrants en France mais s’il n’y avait pas de guerre il n’y aurait pas de migrants. »

Eric, 44 ans

« Je suis fonctionnaire, je gagne 1500 euros après 20 ans, je n’ai plus le droit à l’APL et j’ai 400 euros de loyer à Beauvais. La bouffe, le gasoil, tout a augmenté et on m’a coupé 200 euros d’APL et 40 euros de prime d’activité. J’ai pas vu un centime les 10 milliards qu’à donné Macron mais par contre il m’a prit 240 euros. Je suis pour un salaire universel pour tous les fonctionnaires, le même pour tous, entre 2500 et 3000 euros, y compris pour les grosses têtes là haut. Je ne peux pas respecter un président qui me prend pour un gueux. Quand je vois ce mouvement je me dis que ça ne peut que se durcir car Macron ne nous entend pas. Il ne fait que nous salir en disant qu’on cautionne des violences dont il se sert contre nous. »

François, 29 ans

« C’est la première fois que je viens alors je ne me considère pas comme un Gilet jaune, ce que je trouve le plus stylé dans le mouvement c’est que c’est populaire, ce n’est pas encadré par les syndicats, ce n’est pas institutionnel comme d’habitude. Mon petit bémol c’est que je trouve ça « trop blanc », pas comme par exemple les manifs organisées par Assa Traoré, qui sont des mouvements moins ségrégés. Moi je suis blanc et ça me gène qu’il n’y ait pas de connexion avec les deux, par exemple sur les questions du racisme. »

 

 

 

Publicités

7 commentaires sur « Porteur de paroles – Gilets jaunes Paris acte XVI »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s